Scroll Top
19th Ave New York, NY 95822, USA

Cataracte et la chirurgie de la cataracte par phacoémulsification

Le cristallin est une lentille transparente située dans l’œil faisant converger la lumière sur la rétine située au fond de l’œil. Cette information lumineuse est ensuite transformée en message nerveux transmise vers le cerveau.

Comme l’être humain, nos animaux de compagnie peuvent souffrir de la cataracte et de la baisse d’acuité visuelle associée.

La cataracte est une opacification progressive du cristallin perdant progressivement sa transparence aboutissant à terme à une baisse d’acuité visuelle de plus en plus importante.

La cataracte peut être variable : punctiforme, en forme d’étoile, de stries jusqu’à une opacification blanchâtre diffuse plus ou moins intense atteignant l’ensemble du cristallin. L’atteinte du cristallin uni ou bilatérale est souvent progressive mais son évolution reste difficile à prévoir. Elle peut être d’installation rapide en cas de cataracte diabétique.

La cause la plus fréquente de cataracte chez le chien est héréditaire. Elle peut aussi faire suite à un traumatisme ou une inflammation de l’œil, à des maladies ayant des conséquences oculaires comme le diabète ou encore être la conséquence du vieillissement naturel du cristallin.

De nombreuses races sont prédisposées à la cataracte :

le Akita, le Barzoï, le Basset Houd, le Beagle, le Berger Allemand, le Berger australien, le Berger belge, le Berger des Pyrénées, le Briard, les Bichons Frisé et Maltais, le Bedlington Terrier, le Bobtail, le Border Collie, le Boston Terrier, le Bouledogue Français, le Bouvier Bernois, le Bouvier des Flandres, le Boxer, le Braque de Weimar, le Bull Mastiff, le Bull Terrier, le Cairn Terrier, le Caniche, le Carlin, le Cavalier King Charles, le Chihuahua, le Chow Chow, les Cockers American et Anglais, le Coton de Tulear, le Dalmatien, les Dogue Allemand et de Bordeau, l’Epagneul breton, l’Epagneul Papillon, le Fox terrier, le Husky, le Jack Russell Terrier, le Leonberg, le Lhassa Apso, le Lévrier Afghan, le Lhasa Apso, le Loulou de Poméranie, le Malamute d’Alaska, le Malinois, le Mastiff, le Pékinois, le Pinscher miniature, le Golden Retriever, le Retriever du Labrador, le Rottweiller, le Samoyède, le Saint Bernard, le Schnauzer, les Setters Anglais, Gordon et Irlandais, le Shar pei, le Shiba Inu, le Shih Tzu, le Staffordshire Bull terrier, le Teckel, le Terre neuve, le Tervuren, le Welsh Corgi, le Whippet, le Westie, le Yorkishire terrier mais aussi dans de nombreuses autres races.

Traitement de la cataracte :

Aucun traitement médical empêchant l’évolution de la cataracte n’existe à l’heure actuelle.

La chirurgie reste le seul traitement de la cataracte permettant une récupération visuelle à nos animaux de compagnie.

Avant d’entreprendre une chirurgie de la cataracte, l’état général de votre animal de compagnie devra être évalué ainsi que sa vue et le bon fonctionnement de sa rétine en effectuant un examen ophtalmologique complet des yeux ainsi que des tests fonctionnels (électrorétinographie) et une échographie oculaire.

L’intervention doit être la plus précoce possible afin d’éviter l’installation d’un état inflammatoire chronique du globe oculaire secondaire à l’évolution de la cataracte.

L’augmentation de la taille du cristallin secondaire à la cataracte induit le passage de protéines cristalliniennes à travers les enveloppes du cristallin et peut atteindre gravement les structures internes de l’œil, notamment la rétine, et conduire dans les cas les plus évolués à une cécité définitive.

Il convient donc d’intervenir précocement, sans attendre la survenue de la perte de vision totale, pour ne pas risquer une évolution vers un état inflammatoire aigüe aux effets délétères.

Déroulement de la chirurgie :

La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale à l’aide d’un microscope opératoire ophtalmologique et d’instruments de microchirurgie au moyen d’un appareil de phacoémulsification.

La technique chirurgicale de phacoémulsification est la même que celle utilisée en ophtalmologie humaine. Cette technique consiste à retirer le cristallin cataracté à l’aide d’ultrasons puis à le remplacer dans la plupart des cas par un implant ou cristallin artificiel qui sera implanté dans le sac cristallinien délimité par les enveloppes contenant auparavant le cristallin malade.

© Laurent Bouhanna
Print Friendly, PDF & Email